Home Featured Spéciale Aix : notre top 40 de l’influence en France
Spéciale Aix : notre top 40 de l’influence en France

Spéciale Aix : notre top 40 de l’influence en France

by host

Press play to listen to this article

Voiced by artificial intelligence.

Notre newsletter quotidienne sur les enjeux de lobbying et de transparence en France.

Par PAUL DE VILLEPIN

Avec MARION SOLLETTY et JASON WIELS

Infos, tuyaux et mini-drames à partager à @Heroceane, @DevillepinPaul, @alphoenix ou [email protected] | Voir dans votre navigateur

— Power 40 Paris : découvrez le classement des quarante personnalités les plus influentes (source : nous-mêmes).

— L’officiel, l’officieux : là où il faut être ce weekend aux Rencontres économiques.  

— Jean Pisani-Ferry nous parle : une interview et des bonus.

Bonjour à toutes et à tous, bienvenue à Aix-en-Provence, capitale du pouvoir le temps de trois jours durant lesquels vous aurez le plaisir de lire notre prose chaque matin. Si vous nous croisez en train d’écouter une conversation ou un peu groggy sur le chemin du petit-déj sport et détox (si, si c’est au programme), don’t be shy, come say hi. Elisa Braun, Océane Herrero, Marion Solletty et moi-même sommes là jusqu’à dimanche. Avant de plonger dans l’arène, petit détour par notre nouveau classement maison.

ROIS ET REINES DE L’INFLU. Ils ne votent pas les lois, ne dirigent pas de ministère et, pour certains, leur nom est inconnu du grand public. Pourtant, ils et elles façonnent à leur façon l’agenda politique. Paris Influence est tout ému de vous dévoiler aujourd’hui son classement Power 40 Paris, soit une liste des quarante noms qui font bouger les lignes en coulisses, tant dans la fabrique de la loi que dans l’art subtil de peser sur l’ordre du jour.

Point méthodo : cette sélection a été opérée en toute subjectivité par la rédaction parisienne de POLITICO. Elle a suscité une réunionite aiguë et la prise de quelques cachets d’aspirine pendant plusieurs semaines. Un fil rouge a guidé nos choix : qui, aujourd’hui, par un tweet, un coup de fil, ou une tribune, peut déclencher une inflexion dans la parole publique, influer sur un choix budgétaire, voire provoquer une réforme ?

Pour le résumer en une formule : Power 40 est le classement de ceux qui ont du pouvoir en dehors du pouvoir.

Gros poissons et jeunes pousses. Vous allez le découvrir, notre top 40 de l’influence brasse large. On y trouve aussi bien des serviteurs de l’Etat que des grands patrons, des milliardaires et deux stars (du ballon rond et de la chanson). Des lobbyistes ultraconnectés, des militants médiatiques et des grosses têtes de la science ou des politiques publiques y occupent aussi une place de choix.

Vous ne vous étonnerez guère de retrouver… Alexis Kohler (n° 4), l’homme qui murmure à l’oreille d’Emmanuel Macron depuis un bout de temps, ou Vincent Bolloré (n° 14), dont les milliards ne calment visiblement pas l’appétit.

Vous serez en revanche peut-être interpellés… par la percée de Sophie des Closets (n° 7), l’éditrice qui a permis au scandale Orpea d’éclater au grand jour, ou par la présence d’Hugo Clément (n° 20), journaliste et inspecteur en chef des entreprises pas assez vertes à son goût.

And ze number one is… Jean-Marc Jancovici, 61 ans, ingénieur, conférencier, coauteur d’une BD à succès sur les limites planétaires, voix du think tank The Shift Project, et presque un million d’abonnés sur LinkedIn. Le fondateur du cabinet Carbone 4 s’empare de la première place du classement, pour son impact sur le débat public et parce qu’il est devenu un interlocuteur incontournable des décideurs sur la transition climatique, exécutif compris.

Spotted à Aix. Rendez-vous par excellence du microcosme politico-économique avant la coupure estivale, les Rencontres économiques ont programmé (promis, on ne s’est pas concerté) plusieurs de nos lauréats à leurs tables rondes : Patrick Pouyanné (n° 5), Véronique Bédague (n° 28), Thierry Déau (n° 30) et Carole Delga (n° 35) seront sur scène pour discuter le bout de gras. Ouvrez l’œil, il n’est pas impossible que vous croisiez, côté public, d’autres noms issus de notre classement.

Bureau des réclamations. Quarante noms, c’est peu. Vous auriez peut-être choisi d’autres visages pour incarner l’influence à Paris, remonté untel plus haut, ou fait rentrer un ou deux profils aux réalisations avérées ? Nous sommes heureux d’ouvrir le débat avec vous et très preneurs de votre point de vue. Comme toujours, notre boîte mail est ouverte !

CIAO LES NÉOPHYTES. Si vous découvrez pour la première année les tilleuls du parc Jourdan, votre édition spéciale de Paris Influence est là pour vous aider à naviguer le gargantuaix programme de l’édition 2023. Entre le on et le off — nous sommes bien placés pour le savoir — l’équilibre n’est pas toujours facile à trouver. Alors, suivez le guide !

L’officiel. Des sessions thématiques techniques, des plénières et de la controverse : c’est la promesse des soixante conférences réparties sur les quatre amphithéâtres et animées par près de 400 intervenants pendant trois jours. Les débats sont l’endroit idoine pour faire le plein d’arguments sur les grands débats politiques, économiques et sociétaux du moment à ressortir lors de vos dîners mondains sur l’Ile de Ré ou pour animer vos soirées en famille dans un refuge pour yogis dans le Vercors.

L’entre-deux où il faut être. Trois grandes réceptions sont considérées par les aixperts comme incontournables. Le cocktail Engie à l’hôtel de Caumont ce soir, le déjeuner de bienvenue (non placé) à 13 heures au Parc Jourdan, le déjeuner (placé) demain sur l’invitation de la ville d’Aix-en-Provence et du Cercle des Économistes (placé), ainsi que le cocktail dinatoire demain soir, sponsorisé par Ardian et toujours au parc Jourdan.

La soirée à l’Opéra. Incontournable des PDG et autres VIP, la représentation à l’Opéra du vendredi soir – cette année, l’Opéra de Quat’ Sous de Kurt Weill et Bertolt Brecht – ou du samedi soir — Così fan tutte, de Mozart — pour laquelle les sponsors, pardon les “partenaires économiques” des Rencontres reçoivent des places pour leurs invités. Au grand dam des amateurs, certains sortent en catimini au milieu de la représentation après avoir vu et été vus. “Une mauvaise éducation” se désole une habituée des Rencontres, par ailleurs vraie amatrice d’opéra.

En passant… Certains ont flairé l’entourloupe lorsque l’événement de Jean-Hervé Lorenzi, patron des Rencontres connu pour son sens des affaires, a annoncé cette année un concert de jazz pour le samedi soir — nettement moins cher en effet que des places d’opéra…

Aix underground. C’est un peu comme le Festival de Cannes — les marches et la boîte le Silencio en moins —, beaucoup de choses se passent en marge du programme officiel. Celui sur lequel les organisateurs n’ont pas la main. D’après la tournée des popotes effectuée par votre infolettre, les side events les plus courus sont à classer en deux catégories.

Pour les dirigeants :  le petit-déj, demain matin, des patrons et autres DG organisé par McKinsey à l’hôtel Roi René sur le thème du développement du capital humain, la performance et la santé des entreprises ; le cocktail de son concurrent le Boston Consulting Group à la Villa Acantha en fin d’après-midi demain avec comme guest Arthur Mensch, le boss de Mistral AI. “C’est le before idéal avant le concert de jazz” de 22 heures au parc Jourdan, d’après un consultant d’une agence parisienne.

Pour les communicants : Havas qui viendra avec une armée d’une vingtaine de consultants, tient ce soir une soirée — sur invitation —  “rosé, spritz, pizza” sur une terrasse du centre d’Aix, à deux pas de Caumont. “C’est un peu l’after de la soirée Engie”, avance un habitué. Demain soir, DGM Conseil (récemment passé sous le giron d’Avisa), en partenariat avec l’agence Forward, organise un “aperitivos” au restaurant Le Singe Vert.

Sneaixk in. Si vous n’avez pas reçu votre carton, pas de panique. Avec un peu de bagout et de filouterie, on peut accéder à (quasi) tout, d’après un participant régulier à l’événement. Hormis la soirée Engie et le déjeuner placé du samedi pour lesquels les cartons d’invitation sont scrupuleusement vérifiés, ou le traditionnel dîner confidentiel de Patrick Pouyanné. Le meilleur moyen ? “Venir avec quelqu’un qui est invité”, selon un vétéran de l’événement, qui en est à sa cinquième participation. 

REPÉRÉS. Réseauter commence dans le TGV : chaque année, les Rencontres réservent des places dans plusieurs TGV pour acheminer notamment économistes, journalistes et membres de l’organisation. Dans le départ parisien de vendredi 18h38 se trouvaient notamment les économistes Philippe Aghion, Christian de Boissieu, Alain Villemeur ou encore l’éditeur Jean Pavlevski, tous deux proches de Jean-Hervé Lorenzi, mais aussi Anne Méaux, la patronne d’Image 7.

**Découvrez la Lettre des Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence. Accessible gratuitement, elle vous permet pendant l’événement de recevoir, chaque jour à 7h, un résumé des débats, la présentation du programme du jour et les interventions à ne pas manquer. Le reste de l’année, la Lettre vous éclaire avec un regard neuf sur l’actualité économique et les grandes tendances qui façonnent la société. Abonnez-vous ici.**

UN RAFRAÎCHISSEMENT AVEC…

JEAN PISANI-FERRY. Aux côtés des politiques et des PDG, les économistes en vue sont bien sûr parmi les stars des Rencontres. Pour l’occasion, Paris Influence s’est entretenue avec celui qui fut l’architecte du programme d’Emmanuel Macron. Autour d’un citron pressé, nous avons échangé sur le débat suscité par sa proposition de prélèvement exceptionnel sur le patrimoine des plus aisés pour financer la transition écologique. Il raconte à Marion Solletty et Pauline de Saint Remy dans cet article son point de vue sur le sujet et la réaction du président lorsqu’il lui a exposé.

Efforts partagés, transition assurée ? “On va demander aux Français des efforts considérables au nom de la décarbonation, du climat. Ça ne sera accepté que si les Français sont convaincus que c’est une transformation équitable”, insiste-t-il. L’exemple à ne pas suivre est dans toutes les têtes, la sienne comprise : la taxe sur l’essence ayant déclenché la crise des Gilets jaunes. “Un quart du produit de la taxe était redistribué. Les trois quarts, c’était de la recette… Ça n’était pas acceptable à l’époque et ça ne l’est pas du tout aujourd’hui.”

Patrick P., si tu nous lis. Autre cas d’école à ne pas reproduire selon lui : celui du rabais à la pompe décidé au plus fort de la crise des prix de l’énergie liée à la guerre en Ukraine. Bon, “vous savez comment c’est arrivé”, nous dit-il d’un air entendu, dans une référence à l’action décomplexée de Patrick Pouyanné sur le sujet — celle-là même qui nous a conduits à placer haut le patron incontournable de TotalEnergies dans notre classement Power 40.

Des exonérations tenaces. L’économiste met en garde contre les résistances puissantes qui s’activent lorsque les pouvoirs publics s’attaquent aux niches fiscales dites “brunes” l’une des pistes à l’étude dans le camp présidentiel. “Je ne suis pas du tout réservé (…) d’aller chercher d’abord des économies sur les dépenses fiscales brunes. Simplement le réalisme m’oblige à considérer que si ces elles ont résisté depuis des années, elles vont probablement continuer à résister quelque peu. Les oppositions politiques sont très lourdes. Si le gouvernement a le courage de le faire, j’applaudirai des deux mains.” Rendez-vous lors du budget 2024.

Point programme : pour ceux qui voudraient l’entendre de vive voix, Jean Pisani-Ferry clôture la journée du samedi en plénière, à 18h45.

VOUS N’AVEZ PAS SON 06 ? Vous croiserez sûrement Geoffroy Roux de Bézieux au Café éphémère, profitez-en, il rendra les clés de l’organisation de l’Avenue Bosquet dans quelques jours. Son successeur Patrick Martin a été confortablement élu hier à la tête du Medef face à Dominique Carlac’h. Si vous ne le connaissez peut-être pas encore, votre serviteur vous a passé en revue les réseaux du nouveau porte-voix du patronat. À lire ici

Pour les férus d’actu. La session d’ouverture “Espérer dans un monde de violences” à 11 heures avec notamment Vitali Klitschko, maire de Kiev, et Anjhula Mya Singh Bai, présidente du comité international d’Amnesty.

Pour les europhiles. La session inaugurale “Recréer l’espoir” à 14h20 avec Charles Michel, Helle Thorning-Schmidt ex-PM du Danemark, et Salomé Zourabichvili, présidente de la Géorgie. 

Du côté des world leaders. La session spéciale à 18h30 avec Christine Lagarde, le président du Sénégal Macky Sall et Cheikh Kanté, ministre du Sénégal en charge du plan. Le reste des sessions est à suivre ici.

CHECK-LIST. Non, ceci n’est pas une proposition de rendez-vous pour jouer au jeu d’alcool de votre adolescence autour de la fontaine de place des Cardeurs, mais une petite liste des must-have dans sa Rimowa ou son tote bag — c’est au choix. Des tenues amples, en lin de préférence, de la crème solaire, un Panama, des pansements pour ampoules pour les adeptes du combo pieds nus/mocassins, des cartes de visite, les bouquins qu’on cherche désespérément à vendre pour passer derrière Manuel Valls au classement annuel des pires flops en librairies, mais aussi un répertoire renouvelé d’ice-breakers pour entamer idéalement la conversation.

Un grand merci à : Martin Lagrave, Elisa Braun, Océane Herrero, Laura Kayali, Alexandre Léchenet, Kavita Mokha et à notre éditeur Jason Wiels.

Source link

You may also like